Newsletter


Voir toutes les newsletters

Chronique d'une violence sociale devenue ordinaire


Grand-Est

Communiqué de presse de Nathalie Griesbeck le 4 avril 2012 // En bleu de travail, chaussures de randonnée fermement lacées, une vingtaine d’ouvriers de l’usine Arcelor-Mittal de Florange est partie mercredi 28 mars pour une longue « marche de l’acier ». Destination ? Paris, avec une arrivée prévue vendredi 6 avril, après avoir parcouru plus de 350 km.A leur arrivée au pied de la Tour Eiffel, je serai présente avec Jean-François Kahn pour leur apporter, une nouvelle fois,  tout notre soutien et leur faire part de notre engagement à leurs côtés, comme c’est le cas depuis plusieurs mois maintenant. Car, ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui serait prêt à le leur apporter. Après avoir multiplié les promesses, voilà maintenant qu’il multiplie les attaques et les injures contre les ouvriers de Gandrange et leurs représentants. Au lieu de travailler d’arrache pied pour leur offrir des solutions, – car c’est avant tout cela que l’on attend d’un Président de la République – il préfère jouer la stigmatisation. Il s’agit là, en réalité, d’un aveu de faiblesse. Celle d’un Président à la dérive, dont l’attaque contre les syndicalistes d’Arcelor représente la dernière expression d’une violence sociale devenue quasiment quotidienne de sa part.

 Jamais aucun Président de la République, – en théorie garant de l’unité du pays – ne s’en était pris aux corps intermédiaires de cette manière. Ce ne sont pas eux qui ont trahi la confiance des salariés comme il l’affirme, mais bien lui, qui a tant promis. Aujourd’hui, jamais l’abstention et les extrêmes n’ont été aussi haut dans les estimations et les sondages, à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle. Il en porte l’entière responsabilité.  La marche des salariés de Florange n’est en définitive qu’un épisode de plus dans la longue destruction de l’emploi et l’insoutenable violence sociale orchestrée dans notre pays depuis cinq ans.

Metz, le 3 avril 2012

 Communiqué de presse de Nathalie Griesbeck

Députée européenne Grand-Est

Vice-présidente du Conseil Général de la Moselle

4 avril 2012