Newsletter


Voir toutes les newsletters

Epilepsie : la Commission nous répond!


Mon action

Membre du groupe de travail Epilepsie du Parlement Européen, Nathalie Griesbeck a cosigné il y a quelques mois, une question écrite sur les suites données à l’adoption de la déclaration écrite du Parlement Européen sur la lutte contre l’épilepsie en Europe. La semaine dernière, la Commission Européenne a apporté sa réponse.  La question de Nathalie Griesbeck et la réponse de la Commission Européenne sont à lire dans cet article! 

 Voici la question posée par Nathalie Griesbeck et ses collègues députés européens sur les suites données à la déclaration écrite sur l’épilepsie

 La déclaration écrite sur l’épilepsie a été publiée par le Parlement européen en septembre 2011 après avoir reçu la signature d’une écrasante majorité de députés. Cette déclaration invite notamment la Commission et le Conseil:

1.       à encourager la recherche et l’innovation dans le domaine de la prévention, ainsi que du diagnostic et du traitement précoces de l’épilepsie;

2.       à accorder la priorité à l’épilepsie au titre de grave maladie qui représente une lourde charge dans l’ensemble de l’Europe;

3.       à prendre des initiatives visant à encourager les États membres à assurer une qualité de vie égale, y compris en matière d’éducation, d’emploi, de transport et de soins de santé public, pour les personnes atteintes d’épilepsie.

Quelles mesures la Commission a-t-elle prises qui aillent dans le sens esquissé dans la déclaration écrite sur l’épilepsie, depuis que cette déclaration lui a été transmise? Pourrait-elle de surcroît donner des exemples concrets d’initiatives qu’elle aurait prises pour alléger la charge de l’épilepsie  dans l’ensemble de l’Europe?

Par ailleurs, la Commission a décidé de faire de mai 2013 le Mois européen du cerveau. Puisque, par sa fréquence, l’épilepsie est le troisième trouble neurologique en Europe, quelles initiatives a-t-elle prises pour inscrire l’épilepsie au programme du Mois européen du cerveau?

 Voici la réponse apportée par le Commissaire Européen à la santé Tonio BORG au nom de la Commission Européenne le 26 juin 2013 :

 La Commission partage les préoccupations exprimées dans la déclaration écrite de 2011 du Parlement européen au sujet de l’épilepsie et de la charge de morbidité qu’elle représente.

 Selon l’étude intitulée «The size and burden of mental disorders and other disorders of the brain in Europe 2010» (Importance et charge de morbidité des troubles mentaux et autres troubles cérébraux en Europe), étude publiée en 2011, 2,65 millions de personnes sont atteintes d’épilepsie, laquelle occuperait ainsi la cinquième place au classement des troubles neurologiques les plus fréquents dans l’Union européenne.

 Le septième programme-cadre de recherche et de développement (PC7, 2007 – 2013) alloue plus de 50 millions d’euros à la recherche sur l’épilepsie. Son dernier appel à propositions dans le domaine de la santé comportait parmi ses priorités une recherche sur la pathophysiologie et le traitement de l’épilepsie et des troubles épileptiformes. Plusieurs projets devraient bénéficier d’une aide financière au terme de l’évaluation.

 Horizon 2020, le futur programme-cadre de l’Union pour la recherche et l’innovation, devrait offrir de nouvelles possibilités de soutenir la recherche sur les troubles cérébraux, y compris l’épilepsie. Les actions menées au titre du défi «Santé, évolution démographique et bien-être» peuvent être particulièrement utiles à cet égard. Elles suivront une nouvelle méthode de résolution des problèmes et viseront à améliorer le diagnostic, la compréhension et le traitement des maladies ou à promouvoir un traitement intégré, autant d’aspects présentant un grand intérêt pour la recherche sur les troubles cérébraux.

 Enfin, dans le contexte du «Mois européen du cerveau», un forum européen consacré à la recherche sur l’épilepsie et financé par le PC7 s’est tenu à Dublin du 25 au 27 mai. J’ai eu l’occasion d’y prendre la parole.

 A propos du groupe de travail Epilepsie du Parlement Européen : Ce groupe d’intérêt a été créé à Bruxelles à la suite de Première Journée européenne de l’Epilepsie lancée au Parlement de Strasbourg, organisée à l’initiative du Bureau International contre l’Epilepsie, jour de la Saint-Valentin, patron des épileptiques ; journée à laquelle Nathalie Griesbeck avait bien sûr participé et qui lui avait permis de rencontrer les représentants des associations françaises de lutte contre l’épilepsie.

Articles précédents à ce sujet :

http://www.nathalie-griesbeck.fr/2011/05/europe-for-epilepsie/

http://www.nathalie-griesbeck.fr/2012/05/epilepsie-la-commission-me-repond/

23 juillet 2013