Newsletter


Voir toutes les newsletters

FEAD : Bravo l'Europe du quotidien !


Mon action

592 voix pour ! Pour l’approbation finale du nouveau Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD). L’enjeu est considérable alors que près du quart de la population européenne est menacée de pauvreté et qu’en France 8.6 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Face à cette situation d’urgence sociale, le Parlement Européen s’est battu pendant de très longs mois, jusqu’à cette belle victoire : l’approbation finale, cette semaine, de ce Fonds européen de 3,8 milliards d’euros pour la période 2014 – 2020!  

Lire le communiqué du groupe parlementaire de Nathalie Griesbeck à ce sujet : Les démocrates et les libéraux saluent la poursuite de programme d’aide alimentaire de l’UE

Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, a approuvé aujourd’hui un accord permettant de poursuivre le programme d’aide alimentaire aux Européens les plus défavorisés, doté d’un budget de 3,5 milliards d’euros sur la période 2014-2020. La crise économique en cours a réduit la capacité des gouvernements à fournir de l’aide aux personnes confrontées à l’extrême pauvreté. Quarante-trois millions d’Européens ne peuvent faire face à leurs besoins alimentaires de base. Dix-huit millions de personnes doivent maintenant compter sur l’aide alimentaire. Le Fonds européen d’aide aux plus démunis aidera les États membres à briser le cercle vicieux de la pauvreté et de privation.

L’Alliance des démocrates et des libéraux au Parlement européen soutient fermement le Fonds européen d’aide aux plus démunis. Le Fonds, qui émarge au budget de l’UE, complète les programmes nationaux d’aide alimentaire d’urgence et d’assistance matérielle aux citoyens de l’UE défavorisés. Afin d’éviter une rupture d’approvisionnement dans les banques alimentaires pendant l’hiver 2013-2014, un accord provisoire était déjà opérationnel depuis le 1er décembre 2013.

Marian HARKIN (Indépendante, Irlande), porte-parole de l’ADLE sur ce dossier, a déclaré : « Je me félicite de la poursuite de cette action cruciale. Ce fonds s’apparente littéralement à une bouée de sauvetage pour ses bénéficiaires, qui auront ainsi accès à une alimentation correcte et aux biens de premières nécessités. Mais ce fonds représente bien davantage. C’est un signal politique fort du Parlement et des institutions de l’UE pour que la solidarité ne soit un vain mot mais quelque chose de concret et de réel ».

« Je suis heureuse que tant d’importance soit donnée à la coopération avec les organisations sur le terrain, qui jouissent d’une précieuse expérience dans le travail auprès des plus démunis. Il faut que le Fonds européen d’aide aux plus démunis permette aux États membres de fournir une aide alimentaire directe, des denrées pour les sans-abri et des denrées pour les enfants démunis et puisse aussi être utilisé pour des mesures d’accompagnement visant à la réinsertion sociale des personnes concernées ».

Note: Le Fonds européen d’aide aux plus démunis est la continuation du programme d’aide alimentaire mis en place en 1987, à une époque de grands excédents agricoles. Il a contribué à aider plus de 19 millions de personnes dans vingt États membres en 2011. Il a rendu les excédents disponibles pour les citoyens les plus pauvres de l’Europe, plutôt que de les détruire. Le Parlement européen a été un ardent défenseur de la poursuite ou du remplacement du programme d’aide alimentaire, en rappelant que, grâce à la stratégie Europe 2020, l’UE s’est fixé pour objectif de réduire le nombre de personnes exposées au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale d’au moins 20 millions d’ici 2020

 

Articles précédents à ce sujet :

–             http://www.nathalie-griesbeck.fr/2013/06/soutien-sans-appel-a-laide-europeenne-pour-les-plus-demunis/

–             http://www.nathalie-griesbeck.fr/2011/06/europe-aide-alimentaire-aux-plus-demunis-il-y-a-urgence/

–             http://www.nathalie-griesbeck.fr/2011/07/aide-alimentaire-aux-plus-demunis-le-combat-continue/

3 mars 2014