Newsletter


Voir toutes les newsletters

Stop aux plastiques à usage unique : la mer n’est pas une poubelle !


Mon action

Le Parlement européen, réuni à Strasbourg en session plénière le mercredi 24 octobre, a franchi un grand pas en matière de protection de l’environnement : en effet, par le vote de la Directive relative « à la réduction de l’incidence sur l’environnement de certains produits en plastique », c’est un grand nombre de produits en plastique, nocifs pour l’environnement, qui seront interdits sur le territoire européen. Détails et explications dans cet article !

 

Un vote urgent et nécessaire

La quantité de déchets plastiques présents dans l’environnement, particulièrement dans les océans, est un fort sujet d’inquiétudes en Europe : le plastique représente en effet 80 à 85% des déchets marins, et la durée de dégradation des déchets plastiques se compte en centaines d’années. Issu de composants toxiques, le plastique a des effets néfastes sur les écosystèmes et se retrouve dans un grand nombre d’organismes : oiseaux, poissons, coquillages, tortues, … De plus, il s’agit d’un phénomène ne connaissant pas les frontières, les déchets plastiques dérivant au gré des vents et courants : une réponse coordonnée au niveau européen est donc nécessaire pour saisir l’entièreté de la question.

Les plastiques à usage unique sont au cœur du problème : 70% des déchets marins sont ainsi présents dans notre quotidien. Pailles, filtres de cigarettes, couverts en plastique, assiettes, cotons tiges, bouteilles en plastique, tiges à ballon, et bien d’autres, jonchent les plages, mers et océans européens.

 

Le Parlement européen passe à l’action !

C’est précisément contre ces plastiques à usage unique (destinés à être jetés directement après utilisation) que les députés ont largement approuvé le projet de directive porté par Frédérique Ries, collègue belge de Nathalie Griesbeck à l’Alliance des Démocrates et Libéraux pour l’Europe (ADLE). Par 571 voix pour (53 contre, 34 abstentions), les députés européens ont demandé une interdiction de ces produits pour 2021 : des alternatives bien moins polluantes et aux prix raisonnables existent déjà.

De plus, la directive demande une réduction de la consommation des déchets plastiques pour lesquels des alternatives n’existent pas encore, comme les emballages de nourriture, ou les filtres de cigarettes (ces derniers pouvant polluer, chacun, 500 à 1000 litres d’eau). Enfin, ce texte introduit le concept de Responsabilité Élargie du Producteur pour ces déchets : il vise à demander aux acteurs responsables de leur création de jouer un rôle accru dans leur collecte, leur transport et leur recyclage. Un pas important vers une économie européenne plus verte et circulaire, dont se réjouit Nathalie Griesbeck !

 

Pour en savoir plus :

http://www.europarl.europa.eu/news/fr/headlines/society/20181005STO15110/pollution-marine-donnees-consequences-et-nouvelles-regles-europeennes

http://www.nathalie-griesbeck.fr/2018/05/linvitee-du-mois-frederique-ries-nous-presente-la-directive-eco-conception/

24 octobre 2018