Newsletter


Voir toutes les newsletters

ECall dans toutes les voitures européennes


Mon action / Transports

Mercredi 26 février, les parlementaires européens se sont prononcés pour la mise en œuvre du système eCall d’ici à octobre 2015. À cette date, les nouveaux modèles de voitures et de véhicules utilitaires légers dans l’Union européenne (UE) devront être équipés de ce dispositif d’appel d’urgence. Pour Nathalie Griesbeck qui a travaillé de près sur ce dossier en Commission des Transports et dans celle des Libertés Civiles, « ce système, s’il est correctement mis en place, devrait permettre de réduire drastiquement le nombre de morts sur les routes européennes« .

En 2012, les accidents de la route ont coûté la vie à 28 000 personnes et fait 1,5 million de blessés dans l’UE. L’Union européenne entend réduire ce chiffre de moitié à l’horizon 2020.

Sauvé grâce à un appel de votre voiture. De l’utopie à la pratique, voilà donc le pas que vient de franchir le Parlement européen en votant le texte instituant le système E-Call pour les voitures.

Mais « eCall » concrètement, de quoi s’agit-il?

Le système « eCall » utilise la technologie d’appel d’urgence 112 pour prévenir automatiquement les services de secours en cas d’accidents de la route, ce qui devrait permettre d’arriver plus rapidement sur les lieux de l’accident. « Tout l’intérêt de cette technologie réside dans sa réactivité mais aussi et surtout dans la localisation de l’accident » précise Nathalie Griesbeck. « En effet, lorsque vous êtes victime d’un accident de la route, vous n’êtes pas toujours capable de prévenir les secours, mais aussi et surtout de dire où vous vous trouvez » souligne la députée du Grand Est. D’après les estimations, si « eCall » était déployé correctement sur notre continent, jusqu’à 2.500 vies par an pourraient être sauvées, mais cela réduirait aussi la gravité des blessures en permettant aux urgences d’arriver plus rapidement sur place.

Et la protection de la vie privée?

À juste titre, certains députés se sont inquiétés des « risques » que pouvait faire courir ce système pour la protection de la vie privée et la collecte des données personnelles. Aussi, les parlementaires ont adopté une clause sur la protection des données. Lorsqu’un accident déclenche le système eCall, les données envoyées seront limitées au type du véhicule, à l’heure de l’accident, sa localisation et le sens de marche du véhicule.

« Espérons désormais que les États jouent le jeu du 112 et eCall pourrait être une belle réussite » conclut Nathalie Griesbeck.

Articles précédents à ce sujet :

http://www.nathalie-griesbeck.fr/2014/02/bientot-les-voitures-sauveront-des-vies/

 

3 mars 2014